Actualité

Langues centrales, langues périphériques : Traduire aux XXe et XXIe siècles

ICON_LANGUES-centrales-peripheriques
ICON_LANGUES-centrales-peripheriques
Date(s)

le 25 septembre 2020

Lieu(x)

Site Tanneurs

5ème BU

Journée d’étude internationale

 

Depuis le XXe siècle, l’augmentation du marché mondial des traductions a fait apparaître de nouvelles « routes de la traduction » (B. Cassin) marquant une redistribution des rapports traditionnels entre cultures et pouvoirs.

 

Dans ce contexte, comment l’historien·ne de la traduction peut-il/elle rendre compte de l’importance notamment de la langue française pour la circulation des textes et des idées, ou pour la réflexion sur le statut de la traduction comme du sujet traduisant ? Quel regard porte-t-il/elle sur la position (encore) centrale de la langue française face à la domination de l’anglais, ou face aux dynamiques nouvelles émanant de langues dites « périphériques », que ce soit dans l’aire culturelle de l’Europe médiane ou du monde arabe par exemple ? Quelles sont alors les implications méthodologiques, et quels sont les enjeux culturels d’une historiographie de la traduction ?

La présente manifestation réunira des traducteurs et chercheurs de l’ANR Histoire des traductions en langue française (éd. Verdier, 2012-2019) et de l’Histoire de la traduction littéraire en Europe médiane (PUR, 2019) afin d’ouvrir de nouvelles perspectives traductologiques.


- Organisation et contact :
Michaela Enderle-Ristori, Institut d’Études germaniques de l’université de Tours, UR 6297 Interactions culturelles et discursives (ICD).
enderle-ristori@univ-tours.fr